fbpx

Traduction de site Web : cinq aspects à prendre en compte

Home » Blog » Traduction de site Web : cinq aspects à prendre en compte

Lorsque nous recevons des demandes de traduction pour des sites Web, nous sommes souvent confrontés à des versions françaises existantes issues de traductions Google rudimentaires qui donnent des résultats pour le moins surprenants et parfois hilarants. Imaginez la phrase « Cairns – The Gateway to the Great Barrier Reef », traduite par « Un amas de pierres (traduction littérale du mot “cairn”) : le départ vers le Grand Mur », ou quelque chose de ce style. Les exemples de traductions maladroites ne manquent pas. Ainsi, dans le profil d’une société, on peut lire que « Jean a commencé son entreprise dans sa chambre à coucher de Hong Kong ». Le site d’un vendeur d’ustensiles propose quant à lui « une superbe petite moule »… à gâteaux.

Malgré ces exemples cocasses, il faut reconnaître qu’au cours des dernières années, Google Traduction et les autres outils et plug-ins de traduction automatique (TA) ont beaucoup évolué. Les moteurs professionnels de TA, particulièrement sophistiqués pour certaines langues, ont eux aussi trouvé leur place dans le secteur des services linguistiques (voir notre article en anglais intitulé MT and post-editing). Cependant, ces outils ne garantissent certainement pas un résultat exempt de maladresses ou d’erreurs grammaticales et syntactiques. Seul un traducteur humain qualifié sera à même de produire des phrases correctes et une traduction juste, en maniant toutes les subtilités stylistiques inhérentes au message que vous souhaitez faire passer. N’oublions pas que votre image est en jeu.

1. Traduction / localisation / globalisation : sachez faire la différence

Bien souvent, l’adaptation d’un contenu Web pour un public étranger implique un travail qui dépasse le cadre de la simple « traduction » (traditionnellement définie comme la transposition des mots et de leur sens d’une langue source vers une langue cible). Wikipédia résume assez bien la situation : « La localisation linguistique […] est la deuxième phase d’un processus plus complexe de transfert et d’adaptation culturelle d’un produit (à des pays, régions ou groupes spécifiques) afin de prendre en compte les spécificités de deux marchés distincts. »

En pratique, et en particulier dans le contexte des sites Web, la traduction et la localisation sont souvent deux volets d’un même processus. Celui-ci peut englober différentes étapes allant de l’adaptation linguistique à la conception du site Web et de ses différentes fonctionnalités, notamment l’adaptation des contenus en fonction du marché ou pays, ou la modification de la devise utilisée sur votre boutique en ligne. La connaissance de la culture cible est indispensable pour pouvoir tenir compte des particularités locales.

La globalisation précède souvent la localisation et répond plus spécifiquement aux besoins des multinationales. Celles-ci gèrent de nombreux marchés différents et cherchent à uniformiser leurs informations, tout en mettant au point des cadres normatifs pour mener leur stratégie internationale. La globalisation vise souvent à limiter les éventuelles tâches de localisation à réaliser plus tard ou en parallèle.

2. Choix en matière de conception

En supposant que votre concepteur ait choisi un système de gestion de contenu efficace qui facilite la gestion des sites Web multilingues, je n’évoquerai ici que trois aspects de la conception qu’il est utile de garder à l’esprit :

Polices

C’est décidé, vous orienterez votre choix sur une police Unicode. L’Unicode est le standard de codage le plus largement utilisé ; il contient des caractères adaptés à la plupart des systèmes d’écriture et des langues et il est pris en charge par tous les principaux systèmes d’exploitation. Mais attention, n’utilisez pas n’importe quelle police Unicode pour votre site Web coréen ou chinois ! Comme en français ou en anglais, il existe des polices plus ou moins modernes pour chaque système d’écriture. Certaines attireront davantage le jeune public, tandis que d’autres donneront un résultat plus « traditionnel » ou « formel ».

D’un point de vue visuel, certaines polices utilisées dans d’autres langues peuvent être mieux adaptées à votre police française ou anglaise, ce qui constitue également un aspect important lorsque le texte français et la traduction apparaissent ensemble sur la même page. Il est utile de faire quelques recherches dans ce domaine afin de rendre votre site plus attractif. Vous pouvez également nous poser vos questions directement.

Direction et longueur du texte

Vous traduisez vers l’arabe, le farsi ou l’ourdou ? N’oubliez pas de prévoir l’ajustement de la mise en page, car ces langues, comme un certain nombre d’autres dialectes, s’écrivent et se lisent de droite à gauche et le texte est habituellement aligné à droite. Il sera donc très probablement nécessaire d’adapter une éventuelle mise en page en colonne ainsi que le placement des images, des icônes et des vidéos intégrées. En pratique, la mise en page requise pour ce type de langue correspond à une version inversée de la mise en page française.
Souvenez-vous également que dans certaines langues, notamment en anglais, votre message sera vraisemblablement plus court qu’en français, ou parfois plus long. Par conséquent, vous devez disposer de suffisamment d’espace pour insérer le texte traduit ou pour ajuster les images autour des blocs de texte.

Les liens sous forme de drapeaux : une bonne idée ?

Les drapeaux nationaux sont très souvent utilisés pour matérialiser les liens permettant de passer du site Web en langue source aux différentes pages traduites. Rien de plus logique : ils sont colorés et facilement repérables. Cependant, réfléchissez à l’identité de votre public cible. Votre site Web s’adresse-t-il réellement à un seul pays ? En effet, certaines personnes pourraient se sentir dénigrées si elles doivent cliquer sur le drapeau d’un pays où elles ne vivent pas et avec lequel elles n’ont aucun lien, afin d’obtenir des informations dans leur langue. Pour proposer une alternative plus politiquement correcte, il est donc judicieux d’utiliser des liens sous forme d’identifiants de langue (traduits), tout aussi faciles à trouver lorsqu’ils sont bien placés.

3. Accessibilité Web

Cet aspect est indissociable de la conception de votre site Web. Un site « accessible » doit être adapté aux personnes en situation de handicap. En vous assurant que votre site répond aux exigences d’accessibilité, non seulement vous garantissez aux utilisateurs un accès juste et égalitaire, mais vous élargissez également la portée de vos contenus. Les sites accessibles permettent notamment aux personnes visuellement déficientes d’accéder aux informations au format audio (en utilisant la reconnaissance de texte et un lecteur d’écran), aux personnes souffrant de tremblements handicapants de parcourir une page, ou encore aux personnes atteintes de déficience auditive de comprendre les vidéos grâce à l’intégration de sous-titres. Ces règles d’accessibilité sont déjà appliquées par de nombreuses organisations et font même partie intégrante de la législation dans certains pays. Les organes de notre gouvernement australien ont, eux aussi, mis en place un certain nombre de politiques et de recommandations en la matière.

Pour qu’un contenu Web soit accessible, il doit respecter certaines spécifications techniques et de conception. Différents critères régissent notamment l’utilisation des couleurs, la taille de police et la structure de document, pour ne citer que quelques exemples liés à cette vaste problématique. En bref, le message à retenir est le suivant : tout contenu proposé dans une autre langue peut également répondre aux critères d’accessibilité.

4. SEO

Il va sans dire que pour prétendre au succès, un site Web doit avant tout être « trouvable ». Que vous vous adressiez à différentes communautés ethniques de votre pays ou à des clients potentiels à l’international : n’oubliez pas l’optimisation pour les moteurs de recherche (Search Engine Optimization – SEO) pour vos pages traduites. Tous les mots-clés et titres de page pertinents peuvent également être traduits. Veillez à ce que la traduction corresponde à la forme sous laquelle ces expressions apparaissent réellement dans les résultats de recherche du pays cible : vous optimiserez ainsi la portée de votre message.

5. Mises à jour fréquentes des contenus et sites Web interactifs utilisant les réseaux sociaux

Imaginez un site fréquemment mis à jour pour intégrer différents contenus informatifs de type annonces, pronostics ou calendriers événementiels. Certaines organisations n’osent pas proposer ce type de mises à jour récurrentes sur leurs pages traduites, et ne les proposent que sur leur site en langue source, car elles s’inquiètent des répercussions sur la gestion du temps et sur les coûts. C’est bien dommage pour les utilisateurs qui ne parlent pas la langue source ! Pourtant, il existe des technologies permettant de traiter ces traductions urgentes et récurrentes de manière rapide et rentable. Cette stratégie implique de créer un lien direct entre votre système de gestion de contenu et les traducteurs qui travaillent pour vous. Chez 2M, ce service porte le nom de « 2M Connect ».

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.
Les sites Web interactifs qui intègrent des contenus sans cesse renouvelés, issus des réseaux sociaux, requièrent une solution de traduction automatique et de post-édition intelligente afin d’assurer la bonne synchronisation de vos versions multilingues, sans vous ruiner.

En conclusion, avec des compétences linguistiques solides, une technologie adaptée et une gestion de projet sur mesure, vous réunissez tous les ingrédients d’une communication réussie sur les marchés internationaux.

Rédigé par Susanne Creak, directrice administrative de 2M Language Services.

Articles blog similaires