Usage des langues et accès aux marchés internationaux

Home » Blog » Usage des langues et accès aux marchés internationaux

L’ex-chancelier allemand Willy Brandt est l’auteur de la célèbre citation : « Je vous vends quelque chose, je parle votre langue. Si j’achète, dann müssen Sie schon deutsch sprechen (alors vous devez parler allemand). »    Lorsque vous ciblez les marchés internationaux, il est essentiel de soigner la traduction de vos contenus et de votre message. Cette démarche est d’autant plus évidente lorsque d’importants capitaux entrent en jeu ou lorsque des étapes de négociation sensibles se profilent.    Voici un guide rédigé par nos soins pour vous aider à éviter les obstacles linguistiques susceptibles de freiner votre stratégie d’exportation à l’international

1. Sélectionnez le dialecte de votre marché cible 

 Votre marché cible est anglophone… mais s’agit-il de l’anglais des États-Unis, du Royaume-Uni ou de l’Australie ? S’il est hispanophone, s’agit-il de l’Amérique du Sud ou de la péninsule Ibérique ? Dialectes d’Afrique du Nord ou arabe du Golfe ? Vous pourriez également envisager d’utiliser l’anglais pour des lecteurs dont la langue maternelle n’est pas l’anglais. Lorsque vous élaborez une stratégie de communication, attachez-vous aux spécificités de chaque marché et sachez vous mettre à la place de votre interlocuteur. Plus vous saurez captiver votre public à travers une langue qui lui « parle », plus votre stratégie de pénétration sur un nouveau marché sera efficace.

2. Veillez à comprendre la culture

Pour vous assurer que votre message respecte les spécificités culturelles du pays cible, il convient d’abord d’examiner vos contenus sources pour déterminer s’ils sont appropriés.

Une mauvaise compréhension des différences culturelles peut avoir des conséquences importantes et par le passé, des campagnes entières ont dû être retirées en raison d’une compréhension erronée de la culture, faute de recherches suffisamment approfondies. Les étapes de refonte et de réimpression de dernière minute sont coûteuses et peuvent également être très stressantes. Il convient donc de s’assurer en premier lieu que les images et le texte sont adaptés à la culture, avant le lancement du processus de traduction.

Vérifiez que les couleurs que vous utilisez sont adaptées au pays cible. Par exemple, le bleu est une couleur largement appréciée, généralement associée au ciel et à la nature. Mais en Iran, le bleu est la couleur du deuil, tandis que dans de nombreux autres pays, elle est associée à l’autorité et à la discipline. Le vert est une couleur très positive, associée à la santé et à la vie dans de nombreuses régions du monde. En Chine, le vert est connu pour repousser les forces négatives, tandis que dans le monde musulman, cette couleur est liée à la spiritualité, à la religion et à Dieu.

Même si cela peut sembler évident, veillez à ce que les noms de vos produits n’aient pas de connotations négatives dans une autre langue ou culture. On peut citer l’exemple de Mitsubishi, contraint de renommer son modèle Pajero pour le marché espagnol et l’Amérique latine, tout comme Ford l’a fait pour son modèle « Mist » sur le marché allemand.

Les parties du corps jouent également un rôle différent d’un pays à l’autre. Une affiche de film représentant un homme assis sur une statue de bouddha a posé problème en Thaïlande, où la population majoritairement bouddhiste considère la tête comme la partie la plus sacrée du corps

3. Utilisez les cartes de visite à votre avantage

Les entreprises dépensent souvent des milliers d’euros dans la conception de leurs sites Web et de leurs contenus, mais délèguent la conception et l’impression de leurs cartes de visite internationales à l’atelier de reprographie du coin. Lorsque l’on cible les marchés internationaux, il est important de faire bonne impression dès le départ. Une carte de visite de qualité constitue l’un des atouts de communication les plus efficaces.

Le titre est l’un des éléments essentiels d’une carte de visite internationale, car il va définir votre position hiérarchique. Les entreprises et organismes étrangers souhaiteront désigner des professionnels du même niveau hiérarchique pour communiquer avec vous. Au Japon, la carte de visite joue un rôle déterminant et sa remise en main propre fait l’objet d’un protocole ritualisé.

Les noms de la personne et de l’entreprise doivent être transcrits phonétiquement afin de guider la prononciation.
Cependant, dans certains pays, les noms d’origine française ne sont pas utilisés tels quels, par souci de lisibilité.  Par exemple, en République tchèque, les noms féminins se terminent par « ova ». Isabelle Huppert y est connue sous le nom « Isabelle Huppertová », et Juliette Binoche y devient « Juliette Binocheová ».Veillez également à ce que les numéros de téléphone respectent le format utilisé dans le pays. Si les Européens sont habitués aux suites de chiffres ininterrompues, les Australiens séparent l’indicatif régional du reste du numéro, composé de groupes de quatre chiffres.

4. Évaluez l’efficacité de vos traductions

Si vous avez à cœur de réussir l’exportation de vos produits ou services vers de nouveaux pays, nous vous conseillons vivement de mettre en place un indicateur clé de performance afin de voir combien de nouveaux clients vous avez acquis et d’évaluer les résultats de votre investissement dans des activités de traduction.

Examinez vos chiffres d’exportation afin de mesurer l’impact financier de vos activités de traduction. Penchez-vous également sur les signaux d’intérêt ou le nombre de demandes émanant du marché cible en comparaison des tendances observées en France.

En vous intéressant de près à ces chiffres, vous pouvez obtenir une estimation claire du profit généré par chaque projet de traduction afin d’évaluer son efficacité et de déterminer sur quels marchés il est utile d’investir davantage.

Dans une optique d’entrée sur les marchés d’exportation, de nombreux facteurs sont à prendre en compte concernant la culture, la langue et la traduction. Les traducteurs et interprètes professionnels accrédités, experts en communication, seront à même de vous signaler les obstacles techniques à la traduction et les éléments susceptibles de porter à confusion, tout en vous expliquant la logique de certains choix.

Il est préférable de bâtir une relation de confiance avec un même fournisseur de services linguistiques qui apprendra à connaître vos produits et services, votre culture d’entreprise, votre stratégie de communication, votre langage et vos marchés. Ces professionnels avertis garantiront l’efficacité et la cohérence de vos communications et pourront vous conseiller régulièrement concernant votre entrée sur de nouveaux marchés.

Articles blog similaires